Pensez à vous inscrire à notre newsletter pour rester en contact !

Graines de voyages à découvrir

mercredi 5 décembre 2018

Que suis-je en train de réparer ?


Ce Noël, nous allons offrir à notre fille la maison de poupée que j’avais lorsque j’étais enfant.
C’est un cadeau qui nous ressemble parce qu’il a du sens et c’est une belle manière de recycler des jouets.
Ma maison de poupée, nous avons passé des heures de jeu ensemble.
C’est un grand privilège et une grande fierté que de pouvoir la transmettre à ma fille aujourd’hui.
Je déballe les cartons, je lave tous les éléments et je me souviens de la place de chacun de ses objets.
Pourtant (je réfléchis un peu et je recompte pour être certaine) c’était il y a 20 – 25 ans.


Depuis la naissance de ma fille, je constate de plus en plus que des souvenirs de mon enfance refont surface.
Des souvenirs que j’avais oublié.
Tous les jours, ma fille me demande de jouer ensemble, elle appelle la petite fille qui est en moi et fait ressurgir des moments du passé.

C’est comme si j’avais enfoui des choses au plus profond de moi.
Parfois, on a certainement besoin de passer à autre chose pour avancer.
Et puis, sans prévenir, tout cela revient de manière confuse et désordonnée.

Peut-être que dans la construction de notre rôle de parents, nous faisons appel à notre expérience et nos souvenirs qui nous indiquent les choses que l’on a envie de transmettre et les choses qui nous semblent insupportables.
D’un côté, les traditions familiales qui nous sont chères et de l’autre, des blessures que l’on ne veut pas infliger à notre tour.


https://next.liberation.fr/cinema/2015/06/16/vice-versascenes-de-meninges_1330951
Aujourd’hui, je suis une maman, je construis ce rôle chaque jour et je porte un nouveau regard sur la petite fille que j’étaisJe repense à ces blessures, j’aimerais la réconforter.
J’aimerais lui dire qu’elle a droit d’être triste, d’avoir peur, d’être fragile, d’être en colère et qu’elle n’a pas être forte à tout prix et à refouler ses émotions.
En tous cas, je ne rejette plus mes souvenirs, je les écoute et je cherche en quoi ils influencent et permettent de construire l’adulte que je suis maintenant.


De toute façon, mes peurs et mes tristesses d’enfants me font toujours réagir aujourd’hui quand j’y suis confronté dans mon quotidien.
Alors cette maison que je répare, c’est un peu ce passé que je répare et que j’accepte.

A la petite fille toujours en moi, tu es une petite étincelle magique au fond de moi, tu vois finalement tout ne va pas si mal, tu en fais du chemin et elle est belle la vie.


Extraits choisis chansons

Polnareff -  Grandis pas


"Garde l'âge des nuages
Tendres et légers
Ce visage, paysage
Tellement parfait
Fais attendre cet homme
Cet homme qui est en toi
Qui nous sépareraMalgré toi, malgré nous
Malgré moi


Et quand tu te tenais

À moi face à l'inconnu
J'aimais tellement te rassurer
Maintenant c'est moi qui suis perdu


C'est de grandir ensemble
Attrape ma main
Allons marcher dans tes dessins"





Joe Dassin - A toi
A toi, à la petite fille que tu étais

A celle que tu es encore souvent
A ton passé, à tes secrets
A la vie, à l’amour
A nos nuits, à nos jours
A l’éternel retour de la chance

A l’avenir et au présent surtout"
Et si on se ressemble







lundi 15 octobre 2018

A ma petite, grande fille !


Ma petite fille, tu vas avoir 4 ans.
Çà me fait bizarre rien qu’en le disant.
En ce moment, tu répètes à tout va : « je suis grande Maman »
Et bien oui, ma chérie tu grandis vite, très vite, trop vite.
Il est déjà loin le temps où je te berçais, je te changeais, où tu avais besoin de moi pour vivre tout simplement.
Aujourd’hui, tu avances dans la quête de l’autonomie et tu me surprends en te débrouillant seule dans beaucoup de tâches au quotidien.
D’ailleurs, c’est un de tes combats au quotidien, faire seule pour conforter tes apprentissages.

C’est un privilège immense de partager la vie de tous les jours ensemble, ces instants qui sont pourtant simples mais tellement riches.
Ton imaginaire débordant nous invite toujours à faire de nouvelles découvertes et à créer de nouveau monde.
Parfois tu te laisses emporter par d’autres émotions, j’essaye d’écouter et d'apprivoiser ta colère, tes frustrations, ce n’est pas toujours facile, mais j’essaye.

Souvent, j’adore t’observer jouer, te déguiser, inventer, discuter avec tes amis imaginaires.
Ta façon de voir le monde et tes réflexions m’ouvrent sans cesse de nouveaux horizons et font mûrir mes propres réflexions sur la vie et le monde qui nous entoure.

Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait, ce qui est certain c’est que dans ma vie, j’aurais connu le Bonheur par le fait d’être la maman d’une petite fille extraordinaire.
Merci d’avoir donné du sens à ma vie.

Alors voilà, cette année tu souffleras ta 4ème bougie sur le thème de Star Wars, ce thème qui te fascine sans même avoir vu les films.
Alors mon cher Padawan, je crois en toi, que la force soit avec toi.
C'est une grande fierté pour nous d’être à tes côtés.

 


 

 

 

 

vendredi 31 août 2018

Découvertes à venir

J'ai décidé de m’organiser un peu !
Parce que pour les vacances chaque année, nous changeons de destination.
Depuis la naissance de notre fille, nous avons privilégié de partir sans faire beaucoup de routes.
Mais pour programmer les vacances, je pars toujours d’une page vierge.
Je ne sais pas où réserver et j’entame des heures de recherches sur la région et sur un lieu à louer.

Alors, maintenant je m’organise !
Je vais recenser sur une carte des lieux dont j’ai entendu parlé, que j’ai découvert par hasard dans un article, sur un site internet…
Et là voilà, ma petite carte de destinations à découvrir.
Çà peut toujours servir si on doit se rendre dans une région précise ou simplement pour être inspiré.


Vous trouverez cette carte à ce lien : Graines de voyage
ou sur la page d'accueil du blog

Des gites, des chambres d'hôtes, des attractions...
Merci à toutes les personnes qui partageront une destination pour compléter cette carte !









LES LABELS – TOURISME DURABLE ET RESPONSABLE

Il existe des centaines de labels d'éco-tourisme, difficile de faire la part entre les labels engagés et le greenwashing.
Voici 2 articles intéressants :
http://www.voyageons-autrement.com/30-labels-du-tourisme-responsable.html
https://www.toutvert.fr/tourisme-vert-durable-labels/




Voici quelques labels que j'ai trouvé intéressant de découvrir :
http://www.accueil-paysan.com/fr/
https://www.la-via-natura.com/
https://www.gamping.fr/


mercredi 25 juillet 2018

Maman, pourquoi tu vas au travail ?


Une question qui m'a animé quelques jours.
Ce sont les premières grandes vacances de ma fille mais elle a des difficultés à matérialiser que les vacances durent longtemps alors tous les jours elle me demande :


« Demain, c’est encore les vacances ? »
« Oui, les vacances durent longtemps » et on compte pour essayer d’évaluer ce "longtemps"
« Et toi, maman, tu es en vacances ? »
" Non, moi je vais encore au travail demain"
Et puis, elle est tombée naturellement la question :
« Maman, pourquoi tu travailles ? »


Ce n’est pas la première fois que cette question m’est posée.


J’ai déjà donné plusieurs réponses qui me semblait adapter à son âge :
" Pour gagner des sous et acheter à manger"
"Pour acheter du pain, tu donnes des pièces à la boulangère, et bien on va au travail pour avoir des pièces"
Je me suis même entendu dire : "Si j’avais le choix, je n’irais pas au travail, je resterais avec toi"

Mais sa question est pertinente : pourquoi est-ce que je vais au travail ?
Est-ce que je n’ai pas une meilleure image du travail à lui offrir que le simple fait de gagner de l’argent ?

Pourtant sur la question du travail, j’ai déjà fait un beau parcours.
A tout juste 32 ans, j’ai 10 ans d’expérience professionnel au sein d’un groupe régional, j’ai
validé une VAE (Validation des acquis de l’expérience) et réaliser un bilan de compétences.

A ce sujet, je pense qu’il est vraiment important de pouvoir régulièrement se poser sur son
parcours professionnel.

De ce bilan de compétences, je suis repartie avec une jolie liste d’aptitudes et de compétences : mon profil MBTI me permet d’avoir un prisme de décision en fonction de mes aptitudes naturelles à faire les choses.
Le point sur mes compétences me permet d’avoir un bagage et une expérience à valoriser.

Mais aujourd’hui, mes valeurs ne sont pas en adéquation avec le monde de l’entreprise.
Mes compétences ne sont pas pleinement utilisées, j’ai l’impression de plus apprendre et de vivre sur mes acquis.

J’avais étudié la possibilité de changer de voie professionnelle mais qui s’est conclue par un abandon, il est difficile de reprendre 3 ans d’études, surtout financièrement et également en termes d’organisation.
Bien que cela soit possible et qu’autour de moi, une amie a concrétisé sa reconversion avec brio, bravo Sophie ! ;-)

Bref, on ne peut pas dire que mon travail soit une réelle source d’épanouissement.
Et puis, mon nouveau job de maman est devenu ma priorité et j’apprécie de pouvoir concilier à la fois ma vie professionnelle et personnelle.
J’ai abandonné le cliché de la réussite et de la performance qui veut que dans mon métier il faut devenir une cadre trentenaire dynamique qui bosse 12h par jour en mangeant sur le pouce un sandwich Marie Blachère.

Je suis souvent étonné quand j’entends évoquer le travail dans une conversation, dans la majorité des cas, travailler rime souvent avec la notion d’effort et de de difficulté.


Mais pourquoi le travail doit-il être forcément pénible et synonyme de pression ?
Dans mon secteur administratif, il y a souvent des difficultés à traiter un certain volume sous des délais toujours plus courts mais en général, ce n’est pas uniquement les tâches qui sont le plus difficile à vivre, mais plutôt la mauvaise communication, les rivalités entre collègues, le manque de considération de la hiérarchie…
L’impression de n’être qu’un numéro…


Bref, dans cet environnement particulier, comment peut-on agir pour se sentir mieux au travail ?


Pour ma part, il m’a fallu apprendre à prendre du recul et à moins compenser en acceptant de faire ce que je peux avec les moyens dont je dispose.
Quand je sors de la sphère du travail, il me faut le temps de la route pour faire le tri et me libérer de mes pensées afin de pouvoir pousser la porte de la maison en mode maman.



La difficulté que je rencontre actuellement c’est comment concilier mes besoins et mes aspirations avec un monde de l’entreprise qui mêle souvent rentabilité, budget, compétitivité, productivité.
C’est-à-dire comment évoluer dans un monde à l’opposé de mes valeurs personnelles ?

Mais à quoi je m’accroche pour me lever le matin :
A la confiance qu’on m’accorde quand on me demande un conseil ou qu’on me confie une difficulté professionnelle ou personnelle,
A cette impression d’être utile par le partage de mon expérience ou de mes savoirs,
A ce défi relevé qui me rend fière,
A la bonne ambiance des déjeuners du midi avec mes collègues,
A ce café ou ce thé que l’on partage dans les moments difficiles,
A chaque « bonjour » ou « Merci » que je m’emploie à prononcer avec conviction,
A cette bonne humeur que j’essaye de communiquer,
Bref à ma façon de me comporter et d’interagir avec les autres pour instaurer un climat d’échange, de confiance et de simplicité pour atteindre les objectifs.

Et si la clef de mon épanouissement professionnel était la possibilité de mobiliser et partager pleinement mes savoirs – savoirs faire et savoir être ?
Et si être un bon professionnel pour moi passait par la bienveillance que l’on emploie pour mettre en œuvre ses compétences ?

Comment expliquer à ma fille, que mon épanouissement au travail, je le dois à beaucoup de petites choses, pas forcément à mon statut, au montant de mon salaire mais à la fierté de me dire que je mets en place mes compétences en étant attentive aux autres et dans la bonne humeur.
Pour l’instant, ma réponse est plus simple : j’aide les gens en m’occupant des chiffres et je détourne la conversation…et on verra plus tard en fonction de l’évolution de ses questions.
De temps en temps, elle m'apporte une calculatrice "comme à ton travail maman!" et je sourie. 


Et dans un autre monde ?...
Ne serait-il pas possible de partager ses compétences pour un autre objectif que celui de produire à profusion ou de gagner toujours plus d’argent ?
Et si on avait un revenu universel, notre vision du travail serait-elle la même ?

 
Et vous, pourquoi allez-vous au travail ?

 










Savoir – Savoir faire – Savoir être

 

- Le savoir fait référence aux connaissances théoriques ou déclaratives : c'est la maîtrise du vocabulaire, des normes et des lois, données et caractéristiques sur des produits, outils ou services...
- Le savoir-faire correspond à la maîtrise des modes opératoires et des processus.
- Le savoir-être traduit les opinions, les attitudes et les comportements de la personne.

Petit lexique Corporate


 
N'hésitez pas à nous contacter et à partager vos idées !