Pensez à vous inscrire à notre newsletter pour rester en contact !

mercredi 21 mars 2018

Une histoire de chaussettes : Opération chaussettes dépareillées




Les chaussettes dépareillées, mon quotidien.
On me demande souvent pourquoi ?
Pire quand j’ai été hospitalisé, on définissait mon degré de douleur par rapport à mes chaussettes : « Vous devez avoir mal, vous êtes partie dans la précipitation, vos chaussettes sont dépareillées »
Alors on remonte à mes 19 ans, 1ere année de fac de psychologie et un travail sur le conditionnement dans notre quotidien et voici que tombe l’exemple des chaussettes :
On se lève le matin, et même si on est en retard, si on ne trouve pas la chaussette associée, on perd son temps à chercher absolument la chaussette jumelle !
Et depuis, je ne me suis pas conditionné à avoir absolument des chaussettes dépareillées mais à ne pas ranger mes chaussettes par deux et d’en choisir deux au hasard le matin.
(Bon je les classe quand même en chaussette d’été ou chaussette d’hiver pour éviter d’avoir des chaussettes polaires en Juillet 😉)
Mais je trouve que c’est un bel exemple au quotidien : ne pas accorder une importance démesurée à ces bouts de textiles et essayer de garder l’esprit ouvert, accepter de mettre un peu de souplesse dans son quotidien, prendre de la distance avec le conventionnel et la norme.
La méditation du matin par les chaussettes !
Aujourd’hui, pour cette opération spéciale, je partage la photo de mes chaussettes pour interpeller sur la différence à l’occasion de la journée de la trisomie 21.

N'hésitez pas à nous contacter et à partager vos idées !